La recette Marvel

12
Avr
2015

Randy Olson réalise des analyses économiques sur la production de films aux États-Unis et l’une ses conclusions est que l’augmentation des budgets de production ne se traduit pas nécessairement par une augmentation des billets vendus, au contraire (Référence 1)

Mais qu’en est-il des films de superhéros? Tim Beyers (Référence 2) a produit une analyse de la rentabilité des films des studios Marvel. Le tableau ci-bas reproduit certaines données clés. Pour compléter cette analyse, j’ai ajouté les cas de Man of Steel et de Amazing Spider-Man 2.

Année Titre Coûts de production Profit au box-office Facteur de conversion
2008 Iron Man

$140 000 000

$94 069 689

0.67

2008 The Incredible Hulk

$150 000 000

-$44 628 980

-0.30

2010 Iron Man 2

$200 000 000

$49 573 332

0.25

2011 Thor

$150 000 000

$29 730 647

0.20

2011

Captain America: The First Avenger

$140 000 000

$8 227 910

0.06

2012 Marvel’s The Avengers

$220 000 000

$459 297 455

2.09

2013 Iron Man 3

$200 000 000

$332 719 997

1.66

2013 Thor: The Dark World

$170 000 000

$87 391 570

0.51

2014

Captain America: The Winter Soldier

$170 000 000

$122 041 786

0.72

2014 Guardians of the Galaxy

$170 000 000

$154 004 509

0.91

2013 Man of Steel

$225 000 000

$109 022 759

0.48

2014 Amazing Spider-Man 2

$255 000 000

$24 491 162

0.09

Le lecteur pourra noter que je n’utilise pas les recettes du box-office, mais les profits, soit la somme restant une fois les coûts soustraient et les différents intermédiaires payés. Il faut comprendre que lorsque l’on évoque des recettes, par exemple, de 100 millions de dollars, le studio ne touche que 50 % du montant de la vente des billets.

Ensuite, j’introduis un facteur de conversion, soit la division du profit du box-office par les coûts de production. En d’autres mots, pour chaque dollar investi dans la production, je peux anticiper récolter combien d’argent? Ainsi, pour le premier Iron Man chaque dollar de production a généré 0,67$. Maintenant que peut-on conclure de tableau?

  1. Si le premier Iron Man a offert un très bon rendement, les films qui ont suivi n’ont pas offert de rendement exceptionnel, certains étant même décevants (Captain America : The First Avenger) alors que d’autres étaient déficitaires, comme The Incredible Hulk.
  2. Cette première conclusion vaut jusqu’au film The Avengers qui a renversé la tendance en obtenant un rendement très impressionnant permettant à Marvel de se créer une base de fans qui accepteraient de les suivre. La recette Marvel semble alors se cristalliser à partir de ce moment.
  3. Une dimension de cette recette est le contrôle des coûts. Lorsque l’on compare les coûts de productions récentes de Marvel à ceux de studios concurrents (Warner pour Man of Steel ou Sony pour Spider-Man), Marvel a su résister à la tentation de faire exploser ses budgets de production. En ce sens, cela devient un facteur qui joue sur votre rentabilité. Vous ne contrôlez pas toujours l’engouement du public, mais vous avez le contrôle sur vos coûts. En fait le contrôle des coûts est dans l’ADN de l’entreprise alors que le président du groupe Marvel (films, bouquins, télé, articles promotionnel), Isaac Perlmutter, est reconnu pour sa frugalité financière. Lors de l’achat de Marvel par Disney, l’entreprise est déménagé de New York à la Californie, Perlmutter a refuser de refaire l’ameublement sous prétexte de ne pas détruire la culture de l’entreprise (Référence 3).
  4. Le piètre résultat de Spider-Man peut expliquer la récente entente entre Sony et Marvel qui permet au tisseur de toile de réintégrer l’univers cinématographique de Marvel.

On reproche aux studios de cinéma d’être maintenant contrôlés par des comptables plutôt que par des créatifs. Cette analyse me semble toujours un peu courte pour une forme de divertissement qui implique des sommes aussi considérables. Cependant, en grattant un peu plus profondément les chiffres, il est possible de comprendre certaines justifications à des décisions prises par la direction de ces studios.

 

Par Martin Beaulieu



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page