LA MALÉDICTION DE NOSTRADAMUS

08
Mai
2015
The CURSE OF NOSTRADAMUS aka La maldición de Nostradamus – Federico Curiel avec German Robles, Domingo Soler, Aurora Alvarado, 1960, Mexique, 74m

Le professeur Dolan est le président d’uen association de scientifiques qui veulent faire disparaître la superstition et les vielles croyances non fondées au Mexique. Un bon soir il reçoit la visite d’un homme élégant qui prétend être le descendant de Nostradamus. Il veut que le professeur réhabilite la réputation du grand homme en cette époque ou il est souvent ridiculisé. Dolan refuse obstinément et ce Nostradamus, vampire, lui annonce qu’il tuera treize personnes dont il donnera auparavant le nom au professeur, à moins qu’il admette ses torts et redonne la gloire à son ancêtre. Aidé par son futur beau-fils Anthony, Dolan essaie en vain d’empêcher les meurtres, Nostradamus bénificiant à la fois de ses pouvoirs de vampires et du don de prédiction du futur.

J’ai déjà, depuis plusieurs films, un préjugé fort positif envers les réalisations de Federico Curiel. Mettant réguilièrement sa griffe sur le scénario comme c’est le cas ici, il évite régulièrement les redites qui affligent trop de films de genre mexicain. L’idée d’un descendant de Nostradamus, on est pas certain s’il s’agit de son fils ou de son petit fils, devenu curieusement un vampire, est déjà une idée en soit porteuse de nouveauté. German Robles, dans le rôle titre, est très efficace. On mentionne à l’occasion que son interprétation de vampire dans EL VAMPIRO en 1957 a peut-être influencé celle de Christopher Lee pour la Hammer. Ce qui est certain c’est qu’il dégage une assurance et une prestance qui rendent son personnage crédible. Si on ajoute dans ce doublage anglais, une voix qui rappelle à l’occasion celle de Bela Lugosi, le personnage frappe l’imagination. Le scénario va varier les prédictions mortelles, ici il sera question de trois morts, surprenant à la fois le scientifique et le spectateur. Le transfert dvd que j’ai regardé était très sombre, mais on peut apprécier l’ambiance gothique à souhait que Curiel met en place, aidée il est vrai, par le personnage secondaire du bossu, Leo, assistant maladroit du vampire. C’est une affaire d’hommes, la fille du professeur étant très discrète et peu remarquée dans ce premier film. Bref, ce Nostradamus est fort recommendable ! Mario Giguère

nostradamusm1



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page