[Jeux de rôle] Intra muros : dans l’enceinte de la cité

22
Juil
2014

Qu’ils doivent explorer d’anciennes ruines se dressant sur une île rocheuse battue par le vent et les vagues, qu’ils doivent traverser une jungle touffue peuplée de bêtes sauvages et de cannibales ou qu’ils voient leur vaisseau spatial s’écraser sur une planète désertique couverte de glace et de neige, les personnages que l’on incarne dans les jeux de rôle se retrouve souvent dans des situations où ils doivent affronter la nature sauvage et les intempéries.

Qu’ils affrontent de terribles extraterrestres des sables, d’effroyables morts-vivants aux confins de cryptes lugubres ou des pirates sanguinaires, vos personnages finiront tôt ou tard dans une ville. Ne serait-ce que pour vendre leur butin, se réapprovisionner en vivre et en eau, rencontrer de futur employé ou simplement prendre du bon temps dans un quelconque débit de boisson, les aventuriers de tout acabit font souvent d’une ville leur pied à terre.

Le mois dernier, j’ai eu la chance de visiter Paris et c’est l’esprit plein d’images de ses grandes avenues bordées d’arbre, de ses petits parcs sereins, de ses palais majestueux, de ses étroites ruelles pavées et des ses cours ensoleillées que m’est venu l’idée de vous entretenir des villes dans le jeu de rôle.

Les rôles de la ville

Bien qu’une ville soit l’endroit parfait pour permettre aux personnages de panser leurs plaies entre les donjons, pour faire leurs emplettes, pour engager des serviteurs, pour enquêter sur le vilain sorcier qu’ils ont rencontré dans le chapitre précédent ou s’entrainer au combat, elle ne doit pas être cantonné simplement à cet arrière-plan bien utile entre les missions.

Lieux d’échanges : Centres commerciaux d’importance, les villes sont bien sûr des lieux de passages et d’échanges de bien. C’est au sein des villes que les personnages ont le plus de chance de trouver un bien convoité ou de se départir de biens de valeur. Ces biens amènent aussi tout un tas de services utiles aux aventuriers et voyageurs. Les personnages pourront donc trouver des hôtels, restaurants et auberges pour se nourrir et se loger, des services des communications (messagers, pigeons voyageurs, Internet, téléphonie), des divertissements (spectacles, théâtre, musiciens), des services financiers (banques, courtiers), des employeurs et de la compagnie.

Lieux de savoir : Dans les villes, les biens et les devises ne sont pas les seules choses qui sont échangées, l’information circule aussi librement. Pour les personnages d’une partie de jeu de rôle, l’information peut prendre la forme de rumeurs échangées dans une taverne enfumée, du savoir acheté à un vieil érudit à demi-sourd ou encore une simple indication fournie par un badaud. Plus une ville est grosse, plus les chances de trouver l’information que l’on cherche sont grandes si l’on sait comment chercher. Les scénarios d’enquête sont excellents en environnement urbain pour cette raison.

Lieux d’intrigue : La forte concentration de gens, d’idées et de richesses qui est comprise au sein d’une ville en fait une excellente source d’intrigue. Siège de la politique, les cités sont parfaites pour les scénarios alambiqués qui jouent sur divers niveaux et qui pourront rendre les joueurs fous! Les meurtres, les vols, les empoisonnements, les kidnappings et les jeux de pouvoir peuvent rendre les campagnes urbaines mémorables.

Lieux de mystères : Que ce soit par de sombres cultes, des vampires manipulateurs ou des psychiques à moitié dément, les villes sont souvent hantées par des forces obscures et néfastes. Elles sont donc des lieux idéaux pour mener des histoires d’horreurs ou à saveur mystique. Dans une ville, il y a énormément d’endroits pour se cacher!

Les types de villes

Les villes ne sont pas toutes pareilles, voici quelques types de ville qui pourront, je l’espère, vous inspirer.

Ville réelle : De nombreuses parties de jeu de rôle (Vampire : the Masquerade, Shadowrun, etc.) se passent dans une version plus ou moins réaliste de villes qui existent véritablement sur notre bonne vieille Terre. Dans ces cas, vous pouvez de ce pas aller les visiter pour avoir un bon aperçu ou, pour les moins fortunés, vous munir de guides touristiques et visiter le Web en quête de précieuse information.

Ville médiévale : Fière cité emmurée, les villes médiévales peuplent l’imaginaire des rôlistes depuis longtemps. On y trouve de grandes murailles, des châteaux, des tours, des marchés pittoresques et elles sont patrouillées par des chevaliers et des gardes en armure. Décor classique des jeux comme Donjons & Dragons, il est toujours possible d’y apporter des éléments originaux en changeant les habitants, la géographie environnante ou l’époque (une ville médiévale ayant survécu jusqu’à notre époque).

Métropole : Contemporaines ou futuristes, les métropoles chargées de gratte-ciel où tout va vite nous sont bien familières. Il est toutefois possible d’en créer de nouveaux genres pour peuple nos histoires. Nous n’avons qu’à penser à Gotham City de la série Batman avec son taux de criminalité excessif et son décor néogothique pour nous donner des pistes de réflexion.

Utopie : Dans ces villes, la perfection sociale, judiciaire et économique règne. Ici, tout est parfait, tout le monde mange à sa faim et le crime n’existe pas. Parfois, ceci cache quelque chose de plus lugubre. Nous n’avons qu’à penser à l’univers du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley pour former nos propres utopies.

Cité orbitale : Située en orbite, une cité orbitale est un peu comme si nous avions poussé l’idée de la station Mir à son apogée. Véritable ville autonome, ces habitats orbitaux sont complètement autonomes avec leurs serres, leurs sources d’énergie et leurs milliers d’habitants.

Ville-monde : Tout comme la Trantor d’Isaac Asimov ou la Coruscant de George Lucas, une ville-monde est une cité qui couvre l’entièreté d’une planète et qui compte plusieurs dizaines de milliards d’habitant. Un monde complètement urbanisé qui dépend d’autres planètes pour subvenir à ses besoins en nourriture et autres denrées.

Ville fantôme : À l’opposée des villes-mondes surpeuplées, les villes fantômes ne comprennent aucun habitant (vivants du moins). De nombreux scénarios de films de zombies (tel Je suis une légende de Richard Matheson) exploitent cette idée de métropoles redevenues sauvages et peuplées de prédateurs morts-vivants.

La liste pourrait s’allonger encore, mais je crois que vous êtes désormais prêt à faire de vous (ou de vos joueurs) de parfaits explorateurs urbains! Et vous, quelle est votre ville préférée?

 

 

 

 

 



One Comment


Trackbacks and Pingbacks

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page