[Jeux de rôle] Le jeu naturel vs le jeu orienté

02
Fév
2016

À mi-chemin entre le théâtre et l’improvisation, le jeu de rôle demande des qualités d’immersion, d’analyse et de réaction. Tout ça en simultanée. En d’autres mots, il faut suivre l’intrigue, la comprendre et y réagir tout en n’étant pas nous-même et en faisant fi de ce que nous savons en tant que joueurs.

Que l’on soit un néophyte ou un vétéran, on adopte au fil de notre « carrière » de rôliste un point de vue sur le jeu de rôle et une stratégie face à celui-ci. N’étant pas un expert en art dramatique, je n’aurai pas aujourd’hui la prétention de vous faire un cours de jeu et je ne trancherai même pas sur la meilleure méthode à adopter pour vos propres personnages. Aujourd’hui, je vais simplement me contenter de résumer les deux stratégies de jeu qu’emploient le plus fréquemment les joueurs : le jeu naturel et le jeu orienté.

Le jeu naturel

Les tenants de la stratégie du jeu naturel ont tendances à se fondre dans leurs personnages et à ne faire qu’un avec celui-ci. Généralement, ceux-ci prennent tous leurs décisions en fonctions de la personnalité de leurs personnages et les réactions des personnages qu’ils interprètent seront toujours en cohérence avec ceux-ci.

Prenons l’exemple du personnage d’une jeune femme qui, durant son jeune âge, aurait été abusé et violenté par son père. Un tel personnage aurait naturellement des prédispositions à la méfiance et ne serait pas enclin à offrir sa confiance à n’importe qui. Un joueur préférant la méthode du jeu naturel jouerait son personnage en retrait, un peu renfrogné et ne tissant des liens affectifs que très lentement. En situation de crise, ce personnage favoriserait la fuite et ne serait pas du genre à sacrifier sa propre sécurité pour voler au secours d’un allié.

Ce point de vue sur le jeu d’acteur a tendance à ne faire aucun compromis vis-à-vis le bon déroulement de l’intrigue. Tout dépendant du genre de personnages, son joueur le personnifiera toujours comme s’il était le centre de l’histoire ce qui le rendra plus vrai que nature et plus crédible. Par contre, une telle attitude peut créer tout un tas de situations qui handicaperont le déroulement de l’histoire. Un personnage farouchement anticlérical pourrait nuire aux négociations entre le groupe de personnage et les représentants d’un culte.

Le jeu orienté

Contrairement au joueur précédent, celui qui tend vers le jeu orienté ne va pas aussi loin dans l’immersion. Pour diverses raisons qui lui sont propres, le jeu de rôle est bien plus un divertissement qu’une représentation théâtrale. Il participe aux parties pour de multiples raisons : les combats, les trésors, l’histoire ou bien pour passer du temps entre amis. C’est pourquoi ce joueur ne veut pas ralentir l’avancée de l’histoire ou nuire aux batailles par un jeu qu’il juge trop immersif.

Il créera des personnages avec des historiques moins développés, n’interagira pas aussi souvent avec les Personnages Non Joueurs, ne développera pas autant les défauts de ses personnages et trouvera toujours une bonne raison pour suivre le groupe, même si ce n’est pas cohérant avec la personnalité de celui-ci.

Si, par exemple, notre personnage méfiant de tout à l’heure était joué par un tenant de cette philosophie de jeu, elle irait probablement se jeter au milieu de la mêlée pour sauver son allié d’une mort imminente. Pour ce joueur, il est plus important de sauver l’autre personnage que de garder une cohérence interne.

Les personnages de tels joueurs sont souvent bien utiles au groupe de personnages, ils font ce qui doit être fait au bon moment et contribue souvent à l’avancée de l’intrigue. Toutefois, ils sont souvent moins riches et moins mémorables. Agissant toujours de la manière que l’on attend d’eux, ils apportent moins de surprises et de profondeurs aux histoires qui sont jouées.

Remédier aux défauts

Dans les deux cas, le Maître de Jeu devrait laisser la chance aux joueurs de remédier aux défauts propre à leurs styles de jeu. Les joueurs naturels devraient eux-mêmes trouver des solutions aux ralentissements de jeu qu’ils provoquent et aux situations fâcheuses qu’ils suscitent. Le MJ pourrait de temps à autre inclure le passé du personnage d’un tel joueur dans son intrigue afin qu’il ne se sente pas trop dévalorisé.

Les joueurs orientés devraient être encouragés à approfondir leur personnage. Un Maître de Jeu expérimenté pourrait provoquer des situations de jeu où ces joueurs devraient choisir par eux-mêmes la marche à suivre ou des moments où ils devraient approfondir l’historique de leur personnage sur des aspects qu’ils n’avaient pas encore développés.

J’espère vous avoir aider à réfléchir sur votre style de jeu et je voudrais remercier mon amie Renée-Claude Dostie pour l’image-titre de mon billet d’aujourd’hui !

Salutations et bon jeu !


Tags: , ,

There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page