[Jeux de rôle] Un air de famille

12
Mai
2015

J’espère, chers lecteurs, que vous avez pu embrasser votre maman adorée ou, du moins, lui dire que vous l’aimiez par cette importante journée qui était la sienne, hier. Puisqu’une mère est souvent le noyau central d’une famille classique, j’ai pensé vous entretenir des différents types de familles qui pourront vous inspirer des historiques de personnage qui sortent de l’ordinaire.

L’Orphelin.

De nombreux personnages illustres sont orphelins de père, de mère ou encore des deux. Nous n’avons qu’à penser à Anakin Skywalker (le fameux Darth Vader) qui est né sans père, à Tom Sawyer qui est le stéréotype même du jeune vagabond ou encore le très célèbre Harry Potter qui, suite à la mort de ses parents, voua son existence entière au combat contre les forces du mal.

Le héros (ou vilain) orphelin est un cliché qui peut être très intéressant à jouer ou complètement ennuyeux. Le cliché du « des orcs (elfes noirs / dragons / vampires / démons / etc.) ont tué ma famille et mon personnage parcours le monde pour chercher vengeance » est un concept qui devrait être évité à tout prix, car il tombe toujours dans la redondance et dans la facilité.

En dehors de la vengeance, un orphelin peut avoir développé beaucoup de traits de caractère. Il peut être aimable et chaleureux pour pallier à la solitude ou solitaire pour se protéger des autres ou encore aigris de la vie anormale qu’il n’a pas choisi.

Un orphelin peut avoir connu ses parents ou avoir toujours vécu sous la garde d’autrui (grands-parents, oncles ou orphelinat) ou bien avoir dû se débrouiller seul dans les rues ou pire (comme Mowgli dans la jungle!).

 Codex est issu des Terres Sacrifiées où la magie est sauvage et où les mutations sont fréquentes. Codex est né d’une esclave en fuite qui est morte en accouchant. Codex fut recueilli par l’Ordre des Arcanes. Codex devint un sujet d’étude. Hermaphrodite, Codex développa une personnalité féminine et sauvage (« Elle ») et une personnalité masculine et analytique (« Il »). Pourtant, il ne s’agissait pas de ces particularismes de Codex qui intéressait l’Ordre : Codex était muni de la capacité d’absorber la magie et d’en nourrir ses propres pouvoirs. Une nuit, les deux personnalités de Codex s’unirent pour fuir. « Il » façonna un plan de fuite sans faille et « Elle » fit tout le sale boulot. Cette nuit-là, les membres de l’Ordre eurent du pain sur la planche.

La famille nucléaire.

 Il y a quelques années, la famille nucléaire était encore la famille type : un père, une mère et de un à cinq enfants, parfois plus. Souvent, dans une famille de ce type, le père pourvoit aux besoins et la mère organise la vie familiale et domestique. Il arrive parfois que ces rôles soient inversés ou que les deux parents travaillent.

Bien que ce modèle semble être le plus ennuyeux, il est le plus fréquent dans les univers du type médiéval-fantastique et dans les sociétés européennes et américaines pré-XXe siècles.

Ce modèle familial est souvent celui d’où émergent les personnes « normales » ou « sans histoire ». Les historiques de personnage qui ne traite pas trop la famille de celui-ci (parce qu’elles mettent l’emphase sur sa vie professionnelle, par exemple) impliquent de facto une famille « normale ».

Comment ce petit nabot a-t-il bien pu devenir un des plus grands esprits criminels du Système?! J’ai lu et relu son dossier et je ne comprends toujours pas. Octavius Rain est né sur la lune minière d’Aros d’un père mineur (Octavius Rain Senior) et d’une mère au foyer (Jezelyn Rain). Il a quatre frères et deux sœurs : Emelius (mineur sur Aros), Ravius (pasteur pour l’Église Unifiée sur Ethyrol), Caius (également mineur sur Aros) et Prius (décédé du cancer il y a deux ans), Evalyn (mariée à un contremaître de mine sur Aros) et Bethalyn (fleuriste célibataire sur Ethyrol). Dans tout ce beau petit monde-là, personne n’a de dossier criminel. Personne! En plus, c’est un foutu génie! Trois doctorats (en Physique, en Ingénierie de la Robotique et en Ingénierie spatiale) et une maîtrise en Mathématique appliquée. Comment a-t-il pu devenir un des plus grands marchands d’armes illégales de la galaxie? Ça ne peut pas être simplement dû à sa petite taille, quand même!

La famille moderne.

Par contraste avec la famille nucléaire, la famille moderne se distingue par ses différences d’avec l’autre modèle. Une famille moderne peut être une famille monoparentale (dû au divorce, au décès ou pour toute autre raison), composée de deux hommes ou de deux femmes comme parents ou encore les familles composées de plusieurs familles reconstituées.

De ce genre de famille peut émerge autant de héros, de vilains que de parfaits petits citoyens, mais les situations atypiques ont tendance à créer des individus hors du commun. Des familles de ce genre sont plus fréquentes dans les univers contemporains ou futuristes, mais ceci n’est pas exclusif à ces genres.

Le Grand Livre des Flammes affirme que Jag le Destructeur s’est incarné sur Terre en 1979 à Londres (Angleterre). Son enveloppe charnelle est le fruit de l’union de Samantha Elliott, une femme de chambre d’un petit hôtel londonien et d’un magnat indien de l’électronique. La vérité est toute autre pourtant. Lors du coït de cet homme en cette femme, l’essence divine du dieu Shiva s’insuffla dans les cellules qui devinrent le divin Jad. Alors nommé Jagdish Elliott, le dieu grandit dans la pauvreté dans les rues de Londres où il fréquenta punks, proxénètes et junkies.

Rapidement, il délaissa les drogues, car celles-ci n’avaient pas effet sur lui et se consacrait à sa vraie passion : la rage. En 1994, il rencontra un homme qui changea sa vie : Rudra. Ce vieil indien se révéla être Shiva sous son enveloppe charnelle. De par de nombreuses discussions avec le jeune homme, Rudra incita le côté rebelle et bouillant chez lui et Jagdish se retrouva rapidement à la tête d’un réseau d’activistes violents : la Juste Flamme. Après de nombreux attentats violents à la bombe contre diverses instances gouvernementales, Jagdish (qui se fit simplement nommé Jag à partir de ce moment) se retrouva en prison. Une prison qu’il mit à feu et à sang dans la plus violente émeute de l’histoire américaine.

Après cet épisode américain, l’histoire raconte que Jag se rendit en Inde avec l’aide de ses complices ex-taulards pour s’impliquer dans le conflit indo-pakistanais. Il est dit qu’il est l’incitateur derrière l’escalade de violence, qu’il jouait des deux côtés de la clôture à la fois et qu’il adopta sa véritable forme en même temps que l’ogive nucléaire indienne s’écrasa sur Islamabad et mena à ce que le monde nommât la Guerre Horrible.

 

Le clan.

Dans certaines sociétés (réelles ou fictives), les gens vivent dans de vastes unités familiales qui regroupent un bon nombre de familles plus classiques. Ces unités gèrent souvent la totalité des aspects de la vie : le commerce, la spiritualité et même la guerre.

Le clan amène souvent un tel état de corps avec les membres de sa famille, avec ses ancêtres et avec le territoire qu’ils habitent qu’un personnage issu d’un système clanique le défendra de par sa vie.

Les Ezenstaern sont un clan de farouches nains établis depuis longtemps dans les hautes terres de Hòchwold. Ayant érigé leur propre forteresse, Ezenhold, il y a des siècles, ce clan a la réputation d’être un ramassis d’ivrognes, de brutes et d’aventuriers sans foi ni loi. « Les Ezenstaern ont la jugeote du basalte », comme il est coutume de dire sur le Plateau.

Brùnhild Ezenstaern est d’un autre avis. Pour la jeune naine, il s’agit des mâles du clan qui sont tous des idiots. Elle pousse même cette réflexion plus loin que c’est grâce aux femmes du clan s’il y a encore des murs où ils peuvent se réfugier. La jeune Brùnhild a donc embrassé la voie de l’érudition pour contribuer à l’essor du clan en étudiant l’histoire, la cartographie et diverses langues anciennes.

Et là voilà désormais, comme tous les hommes du clan, à la tête d’une compagnie de nains, en quête des trésors cachés de son grand-père. Comme quoi, même les femmes du clan peuvent parfois être idiotes!

Les sans-familles.

Au-delà des orphelins, il existe des personnages qui ne possèdent pas de lien du sang avec personne. Qu’ils aient été créés de toutes pièces comme le monstre de Frankenstein ou qu’ils aient émergé du sol sans aucune raison apparente, les sans-familles sont rarement doués pour l’empathie et la chaleur humaine.

Ces personnages sont rares et peuvent mener à des développements intéressants : ils peuvent tenter d’apprendre les émotions et la vie familiale ou, au contraire, trouver ces comportements faibles et exécrables, dignes de destruction.

Je suis Oriflamme. J’ai été forgé dans les Flammes Pures de la Déesse d’Argent. Mon destin et mon rôle sont de protéger et servir les Hommes, les véritables enfants de la Déesse. Je ne suis ni de chair, ni de sang. Mon imperfection fait de moi, un serviteur. Je donnerais tout ce que j’ai, mon existence même, pour pouvoir être un des leurs.

Histoires de familles.

Les familles permettent aussi des développements intéressants dans les scénarios de jeu de rôle, en voici quelques-uns :

Le Secret de Famille : Votre père, votre mère ou votre tuteur vous a caché quelques choses toute votre vie. Peut-être êtes-vous adopté ou membre de la noblesse ou originaire d’un autre monde?

La Trahison : Un membre de votre famille vous a trahi! Votre frère est un de ses scélérats qui vendraient père et mère pour quelques piécettes? Ou est-ce vous qui devrez trahir votre clan pour empêcher un plus grand cataclysme?

L’Héritage : Un vieil ancêtre oublié vous a légué un domaine lugubre et froid, qu’allez-vous en faire? Est-il hanté? Cette épée que vous a donnée votre père à sa mort aurait-elle des pouvoirs insoupçonnés? Que seriez-vous prêt pour hériter?

Ennemis de la famille : Et si un de vos parents avaient eu un Némésis? Et que sur son lit de mort, vous héritiez aussi du lourd fardeau de mettre fin à une querelle qui dure depuis des années, voir des décennies? Est-ce que cette querelle en vaut la peine?

Fonder une famille : serait-ce l’élue de votre cœur? Seriez-vous prêt à l’épouser? À avoir des enfants avec elle? Qui seront ces futurs descendants? Quelles joies et quelles inquiétudes vous apporteront-ils?



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page