LES CENDRES DE SEDNA – ARIANE GÉLINAS

26
Mai
2017

Après la mort tragique de sa mère et de sa tante, le jeune Wilmard Boudreau, qui a grandi à Berthierville, est venu habiter l’île Kanty, au cœur de l’archipel de Tête-à-la-Baleine, en Basse-Côte-Nord, en compagnie de son père, Anselme, et de sa cousine Hypoline. De tempérament rêveur, Wilmard est aussitôt attiré par les rumeurs qui courent dans la région concernant un de leurs voisins, le vieux Nayati, que l’on dit immortel mais aussi la proie d’une malédiction ancienne. Et puis il y a Taliana, l’une des domestiques de Nayati, qui attise son désir…

Quand Hypoline découvre, en travaillant au jardin familial, le squelette d’un homme-oiseau au milieu duquel brille un pendentif, c’est Taliana qui, malgré les protestations de Wilmard, l’oblige à porter le bijou à son cou, une Taliana qui, aux yeux du jeune homme, s’intéresse beaucoup trop à sa cousine !

J’adore les romans d’Ariane Gélinas et son dernier livre, publié aux éditions Alire, ne fais pas exception. Son écriture d’une justesse remarquable, son visible respect pour les textes anciens du fantastique, sa recherche de nouveaux sujets puisés dans le terroir Québécois et ses personnages complexes, dramatiques mais attachants, font de la lecture d’un de ses romans une aventure littéraire unique. Comme lors de la lecture de L’Île aux naufrages, prix Aurora-Boréal du meilleur roman 2014, en plein milieu de la lecture, j’ai été rechercher les termes significatifs , Sedna + Inuit, pour me rendre compte qu’elle avait  basé ce roman sur les légendes du nord québécois, alors que pour le deuxième roman de la trilogie des Villages Assoupis, il s’agissait d’un fait vécu peu évoqué. Les Cendres de Sedna est un roman singulier, aux personnages tordus mais fascinants, à l’intrigue qui peut rappeler Lovecraft pour les créatures et la cosmogonie évoquée, en flirtant avec le rétro-futurisme avec ses baleines modifiées pour transporter des passagers.

La structure du roman, en trois époques éloignées, réunies par les personnages intemporels et une civilisation intrigante d’hommes oiseaux, est totalement fascinante. L’érotisme qui parsème le récit est partie intégrante de l’histoire et ne semble pas ajoutée par contrainte de l’éditeur.

Ariane Gélinas est une auteur à  découvrir si vous ne l’avez pas encore lue, une voix unique pleine de talent, d’imaginaire avec une richesse thématique remarquable.

Il reste à souligner la couverture envoutante d’Émilie Léger, en parfaite osmose avec le récit.

CendresSednaGF

 

 



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page