THE COLONY + DESTINATION PLANÈTE HYDRA

24
Sep
2015

The COLONY – Jeff Renfroe avec Kevin Zegers, Laurence Fishburne, Bill Paxton, Charlote Sullivan, 2013, Canada, 95m

Nous sommes en l’an 2045. Les scientifiques ont voulu redresser la tendance du réchauffement planétaire. Ils ont trop bien réussit et la Terre s’est retrouvée dans une nouvelle période glacière. Les survivants sont peu nombreux, vivent en petites colonies et peinent à survivre, spécialement par manque de nourriture et de médicaments. Sans nouvelles de la colonie la plus proche, trois hommes vont se rendre sur place. Ils découvrent une hécatombe mystérieuse et sa cause: une horde de cannibales en furie.

Cette production canadienne souffre de plusieurs problèmes. Le pire est sans conteste les personnages tellement stéréotypés qu’après les avoir vus trente secondes on devine comment ils vont se comporter dans toutes les situations. On tarde à dévoiler les adversaires, qui n’apparaissent qu’après un temps fou. Ces cannibales n’ont aucune personnalité, comme une horde de zombies qui courent vite. La sur-utilisation des décors en images digitales est trop visible. L’emploi des plans tordus permis par le digital renforce le manque de réalisme des scènes, le montage hyper rapide des scènes d’actions en diminue la compréhension. Alors on a beau applaudir l’emploie d’une station de Norad fraîchement disponible, une aubaine, j’ai terminé le tout avec un grand bof. L’unique petit making of rassemble des citations d’acteurs et du réalisateur qui essaient tant bien que mal de nous rendre la chose intéressante en vain.

Colony1

DESTINATION PLANÈTE HYDRA aka Le Danger vient de l’Espace aka Star Pilot aka 2+5: Missione Hydra – Pietro Francisci avec Leonora Ruffo, Roland Lesaffre, Kirk Morris, Leontine May, Mario Novelli, Italie, 1966,

On débute avec un paysan qui voit un bien étrange vaisseau atterrir dans son coin, Molino. On continue avec le professeur Solmi qui part avec son assistant et sa fille Luisa, actrice, et l’assistant est aussi le copain de la fille, oui c’est un peu compliqué, explorer la région et découvrir un engin venu d’un autre monde. Il est habité par des extraterrestres humanoïdes et leur appareil a besoin de réparations. Parce qu’une partie de l’équipage est décédé, la patronne de l’expédition intersidérale décide de kidnapper, ou plutôt réquisitionner de force, les terriens, y comprit des espions asiatiques, pour les aider à retourner sur Hydra. Ca ne se passera pas vraiment bien, il faut l’avouer…

Vague souvenir d’un film que j’avais bien aimé mais dont on ne voyait pas longtemps la planète Hydra. C’est avec plaisir que je retrouve deux actrices on ne peut plus sexy dans leurs accoutrement, Leontine May dans le rôle de Luisa, superbe jeune femme enjouée régulièrement affublée de costumes affriolants et Leonora Ruffo absolument fascinante dans ses vêtements finement ajustés et dans sa philosophie, bien loin des vilaines mégalomanes que l’on rencontre plus souvent. Ça part un peu dans toutes les directions, c’est parfois drôle, parfois ridicule, on a droit à une planète habitée par des espèces de yetis tout poilus qui semblent sortis tout droit d’un Star Trek classique et c’est un mélange de film catastrophe et d’espoir. C’est plus une charmante curiosité qu’un incontournable, mais j’ai bien hâte de recroiser ces actrices.

Les suppléments du dvd D’Artus Fils offrent Mission Hydra, par l’incontournable et encyclopédique Alain Petit, un diaporama d’affiches et photos ainsi que les bandes-annonces de la collection SF Vintage. Offert en versions: français, italien Sous titres : français. Mario Giguère

Hydrat



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page