PHOENIX FORGOTTEN

11
Nov
2019

PHOENIX FORGOTTEN – Justin Barber avec Florence Hartigan, Luke Spencer Roberts, Chelsea Lopez, 2017, États Unis, 87m

En 1997, trois jeunes sont disparus suite à l’apparition de lumières non identifiée dans le ciel de Phoenix, Arizona. En 2007, nous suivons Sophie, jadis la petite soeur de Josh, l’organisateur de l’expédition disparue dans le désert. Elle retrace les pas de son frère et ses acolytes, Ashley et Mark, à partis des enregistrements vidéos tournées 20 ans plus tôt. Les vidéos se terminent sans fournir la moindre explication. Sans aucune chance de résoudre le mystère, elle s’apprête à abandonner lorsqu’un téléphone lui révèle la découverte d’un caméra retrouvée in extremis. Ce sont ces images en vrac que Sophie et le spectateur regarde dans la dernière partie du film.

Produit par nul autre que Ridley Scott, qui a cru bon de se lancer dans le Found Footage, genre qui permet des budgets réduits tournés avec des acteurs inconnus. On s’attend à une explication quelconque, une vision furtive d’extraterrestre, la révélation d’un canular ou la rencontre avec une secte de cannibales ou de vers de terre géants. Peine perdue, quelques lumières éblouissantes, du bruit, une attaque psychique, peut-être, et pouf, générique. Pourtant on mettait en place des éléments chers aux enquêtes de la télésérie X Files: complot, base secrète de l’armée, menace sourde ou pétarade assourdissante. L’inclusion de scènes piquées à des reportages de l’époque est plus frustrante et de goût douteux qu’autre chose. Vite vu, vite oublié.

Deux ans plus tôt, le film The Phoenix Incident de Keith Arem exploitait la même histoire. Mario Giguère



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page