CAPULINA ET LES MONSTRES

10
Mar
2016

CAPULINA CONTRA LOS MONSTRUOS – Miguel Morayta avec Gaspar Henaine, Gloriella, Héctor Andremar, Gloriella, Irlanda Mora, 1974, Mexique, 87m, version originale espagnole

Capulina vend des magazines et aime les histoires d’horreur, comme sa petite amie Zenobia. Un couple l’aborde pour lui passer une commande qu’il devra livrer à domicile. Capulina s’amuse d’abord avec les enfants puisque c’est soir d’Halloween. Il va d’ailleurs méprendre deux nains masqués pour des bambinos. Ce que notre moustachu ignore, c’est que l’offre est un piège, Ce couple a l’intention de ressusciter quatre monstres dont il a obtenu les corps, nuls autres que Dracula, Frankenstein, la Momie et le Loup-Garou, avec l’énergie dégagée par sa peur.

Pas toujours facile d’appréhender l’humour d’une icône qui nous est inconnue, dans une langue qui nous l’est tout autant. Si l’acteur y va d’un personnage gaffeur, gaffes qu’il répare parfois grâce à ses talents d’hypnotiseur, ses pitreries, majoritairement avec les enfants, sont toutes assez inoffensives. Faudrait voir si on ajoute un quota de blagues au niveau du dialogue. Les monstres son tout aussi rigolos, la momie qui ressemble a un lutteur masqué, la chevelure abondante du Frankenstein, l’allure complètement niaise de Dracula ou les allures de chiot du Loup-Garou. Il a une belle copine qu’on ne voit pas assez longtemps et est plus occupé durant la soirée par la vilaine blonde plantureuse. Une comédie d’horreur familiale qui s’adresse aux tout petits, visiblement. Il y a au moins deux autres films du comédien versus des monstres avant celui-ci, soit contre les momies et les vampires. Il a aussi tourné un film avec le lutteur au masque d’argent – Santo.

CAPULINA CONTRA LAS MOMIAS aka El terror de Guanajuato – Alfredo Zacarías avec Gaspar Henaine, Jacqueline Voltaire, Freddy Fernández, 1973, Mexique, 95m

Capulina est un chauffeur de taxi maladroit et pas très vaillant qui multiplie les gaffes et empêche au final un client de prendre son train. Pas de problème, il va le reconduire jusqu’a sa destination: Guanajuato. Une chose en menant a une autre, il devient le majordome du scientifique que son client allait rejoindre, qui travaille à ressusciter une momie. Il va réussir, la momie en piteux état deviens un moustachu qui s’empresse de déguerpir et chercher le trouble. Pendant cette histoire rocambolesque, la belle Jackie a débarqué aussi sur place et elle a rapidement un faible pour Capulina qui, loin d’un héros en bonne et due forme, a tout de même réussit à sauver la blonde a plus d’une reprise.

Je ne sais pas si c’est la musique entraînante de Carlos Camacho, ou la réalisation plus enjouée d’Alfredo Zacarías, également scénariste, ou si je m’habitue a ce Pierre Richard moustachu des pauvres, mais j’ai bien aimé ce Capulina. Savoir à l’ avance qu’on ne rira pas trop mais qu’on aura le sourire au visage tout le long aide certainement. La présence de la plantureuse Jacqueline Voltaire en courte robe, bikini et nuisette typique de l’époque n’est pas pour nuire non plus. La comédie légère comme un ballon gonflé a l’hélium se termine sur la pirouette la plus ridicule et souvent décriée: ce n’était qu’un rêve. N’empêche que Capulina va prendre comme cliente nulle autre que Jackie, ce qui complète un film qui ressemble a une pomme de tire, c’est bon, mais faut pas en abuser non plus. Mario Giguère

capulinaclmonstruos

capulinaclmlobby2 capulinaclmlobby1

capulinavlm

capulinavlm3 capulinavlm5



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page