L’utilité du bâillement : un nouveau mythe est (enfin) né

02
Juin
2014

Outre le fait que le bâillement soit contagieux chez les personnes plus empathiques lorsqu’elles voient un de leurs semblables bâiller, l’idée que l’on bâille parce que notre cerveau manque d’oxygène semble toujours très populaire de nos jours. Par contre, elle a été réfutée depuis 1987 par une étude américaine, d’après Slate.fr! La variation du taux d’oxygène dans le sang des volontaires n’a effectivement pas donné de résultats concluants.

La récente thèse existant depuis environ dix ans stipule que l’utilité de bâiller fait baisser la température du cerveau pour la ramener à un niveau thermique normal. En effet, lors d’études sur des rats et des humains, il a été observé que la température du cerveau était élevée avant le bâillement, pour baisser tout juste après. On croît alors que cela permet de rester plus éveillé, plus alerte, et ainsi maintenir son efficacité mentale. Cette volonté biologique de maintenir l’homéostasie explique donc pourquoi le bâillement se déclenche aussi lorsqu’on est fatigué, stressé ou ennuyé.

Toutefois, ça ne veut pas dire qu’en été, on bâille nécessairement plus qu’en hiver. Un ensemble d’autres études n’ont pas découvert de corrélation entre les saisons et le nombre de bâillements. Cela amène à conclure que le bâillement se produit généralement à un intervalle de température corporel défini aux environs de 20°C.

 

 

Bibliographie :
http://www.iflscience.com/health-and-medicine/why-do-we-yawn
http://www.slate.fr/life/68583/pourquoi-baillement
http://www.familiprix.com/espacesante/ficheactualitesante/bailler-pour-rester-eveille
http://www.gurumed.org/2011/11/17/le-billement-pourrait-protger-nos-mninges-de-la-surchauffe/
http://medienportal.univie.ac.at/presse/aktuelle-pressemeldungen/detailansicht/artikel/yawning-to-cool-the-brain/


There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page