[Jeux de rôle] On n’est pas sortis de l’auberge!

10
Juin
2014

Dans la continuité de mon billet précédent, j’ai décidé cette semaine de vous entretenir d’un grand cliché du jeu de rôle fantastique : les auberges. Inévitablement, les groupes d’aventuriers de tout acabit finiront à un moment ou à un autre dans un tel débit de boisson pour se détendre, préparer leurs prochaines aventures, trouver de l’information ou espionner un homme louche encapuchonné.

Souvent, ces tripots servent à la fois de bars, de discothèques, de quartiers généraux, de boutiques, d’écuries publiques, de restaurants et de motels. Brefs, les maîtres de jeux en font généralement l’établissement-clé de leurs aventures et les affublent la plupart du temps de noms prévisibles comme Le Sanglier Rôti, la Chope d’Argent ou le Dragon Rouge.

Il est sûr qu’une grande partie des joueurs aimeront se retrouver dans de tels lieux et s’amuseront de leurs noms qui sentent le réchauffer. Par contre, un maître de jeu désireux de surprendre ses joueurs ou désirant de la variation pourra puiser dans les quelques trucs que je vous propose pour s’amuser sur le thème de l’auberge.

Les types d’auberge

Historiquement, une auberge est un lieu d’hébergement et de restauration pour les voyageurs. Généralement associés à des tavernes et des écuries, les joueurs s’attendent généralement à un service complet pour leur besoin. Pourtant, il existe une multitude de lieux d’hébergement qu’ils pourraient rencontrer sur leur route.

–   L’Auberge Fortifiée : Située dans une contrée sauvage ou dans une région en proie aux attaques fréquentes de brigands, cette auberge offre les services d’hébergement, de restauration et d’écurie habituels. Entourée d’une lourde et solide palissade, elle peut également abriter un forgeron ou un marchand pouvant contribuer aux aventures des voyageurs qui y passent la nuit. Isolées des communautés villageoises, les auberges fortifiées sont rarement festives et leurs tenanciers n’apprécient guère les trouble-fêtes.

–   La Salle des Fêtes : Principalement situées dans les grandes villes, les auberges de ce type sont prisées pour leur ambiance. Dans ces lieux, l’alcool, la musique et les rumeurs coulent à flot! Il est toutefois difficile d’y loger, car elles ne possèdent que quelques chambres d’hôtes et la tranquillité n’y est pas de mise. On y retrouve souvent la petite noblesse et certaines célébrités locales.

–  La Taverne Villageoise : Petits établissements situés dans de nombreuses communautés villageoises, ces commerces sont des centres culturels et de divertissement. Les villageois y organisent des kermesses et des concours divers en plus de s’y retrouver par les soirs pour boire une chope après une journée de dur labeur. Ces établissements sont rarement munis d’écurie et n’offrent que rarement le logis.

–  Les Campements Aménagés : Parfois situés en bordure de routes passantes ou même au cœur des cités, ces espaces sont aménagés pour les tentes et les chariots afin de permettre aux voyageurs puissent y camper. Elles comprennent des tas de bois et des puits à feu déjà prêts à l’usage. Le financement de tels endroits diffère d’un endroit à l’autre. Parfois, un gardien récolte un paiement alors qu’ailleurs, une boîte à donation est mise bien en vue.

–   Les Écuries Publiques : Auberge pour chevaux, ces commerces louent des stalles pour les montures des aventuriers qui les trouveraient encombrantes durant leur séjour dans une cité. Les tarifs sont souvent compétitifs et les employés qui y travaillent sont des professionnels des soins offerts à la race équine.

–   Les Restaurants : Commerces n’offrant que des services de restaurants, les restaurants offrent des mets de toutes sortes dans une grande gamme de prix et d’ambiance. Il est possible parfois d’assister à des spectacles en mangeant. Les restaurants sont principalement situés dans les grandes villes.

–  Les Gites de Voyageur : Similaires à l’auberge typique, ces petits établissements d’hébergement et de restauration proposent des services plus raffinés qu’une banale auberge dans la discrétion et le calme. Ils sont souvent tenus par des familles ou des couples d’hôtes.

Le cachet

En dehors du type d’établissement, il est possible de rendre une auberge mémorable via une multitude de trucs. Que ce soit un nom atypique (« L’Auberge de la Vadrouille »), une situation géographique spéciale (une auberge installée sur un pont, par exemple), un aménagement inusité (tous les meubles sont en fait des plantes qui ont poussées en forme de meuble), des propriétaires spéciaux (une auberge appartenant à une famille de pixies) ou des évènements magiques s’y produisant (des lumières colorées flottent dans les corridors à la nuit tombée), de nombreuses possibilités peuvent rendent celles-ci spéciales et enrichiront votre univers de jeu.

Imaginez vos joueurs qui arrivent dans une nouvelle ville et se retrouve à loger à l’Auberge du Vieux Tilleul et qu’au lieu qu’un vieil arbre pousse devant l’établissement, cet arbre est à l’intérieur et qu’il est en fait un arbre intelligent qui sert à boire à ses invités. À coup sûr, ceux-ci y retourneront et en parleront longtemps!

Les tenanciers

En dehors du décor, vous pouvez rendre vos auberges intéressantes grâce à un tenancier original et vivant. Le cliché veut que la majorité des aubergistes soient d’anciens aventuriers à la retraite. Bien que cela puisse servir à votre intrigue (l’aubergiste pouvant connaître des choses utiles), il est fort intéressant d’y apporter une touche de créativité. Du gros barbu jovial, vous pourrez passer à l’elfe hautain et cynique, au satyre lubrique et taquin ou encore au cultiste démoniaque qui se fait passer pour un gros barbu jovial. N’hésitez pas à mettre à la tête d’une auberge un couple, une famille, une guilde ou même un fonctionnaire de l’État.

Les clients

Il faut aussi penser à la clientèle d’une auberge. Il est fréquent d’y trouver les piliers de bar habituels ainsi que les ouvriers fêtards, les marins en permission, des musiciens entre deux chansons et des criminels de tout acabit. La variété peut aussi être salutaire. En intégrant un savant louant une chambre depuis des mois, un autre groupe d’aventurier au retour d’une quête périlleuse, un gamin vendant des roses aux tables ou un chat parlant, vous pourrez ouvrir la porte à un grand nombre de quêtes et missions potentielles.

Les menus

Mes joueurs vous le diront (si jamais vous les interroger), je prends un peu trop de temps à décrire les menus de mes auberges. Appelez ça une obsession ou un souci du détail, je trouve qu’un seul plat au menu est un peu limitatif. En élaborant deux ou trois options de plats, je permets au joueur de gérer leurs finances tout en m’amusant.

Il est toujours plus intéressant pour un joueur de se remémorer l’Auberge du Loup Dansant comme l’endroit où il a dégusté le meilleur cuisseau de mouton à l’hydromel de sa vie que de l’endroit où il a dépensé une pièce d’or pour un repas.

Sur ce, bon appétit!!



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page