Les MONDES INFINIS D’H.G. WELLS

01
Juin
2017

The INFINITE WORLDS OF H.G. WELLS – Robert Young avec Tom Ward, Katy Carmichael, Barry Stanton, Raymond Coulthard, Eve Best, 2001, Royaume Uni / États Unis, 265m

Londres, 1946: Ellen McGillivray débarque chez le célèbre écrivain H.G. Wells pour lui demander des explications sur une série d’évènements étranges remontant plusieurs années auparavant. Wells sera généreux dans ses récits qui ont inspiré ses nouvelles et ses romans, tout en relatant la relation qu’il développe avec Jane Robbins.

La production Hallmark est librement inspiré par l’oeuvre du romancier bien connu, entre autre, pour avoir écrit La Guerre des Mondes, mainte fois adapté au grand écran. Six nouvelles sont ainsi adaptées: « The New Accelerator » « The Queer Story of Brownlow’s Newspaper « The Crystal Egg, « The Remarkable Case of Davidson’s Eyes, » « The Truth About Pyecraft » et « The Stolen Bacillus.

Les scénarios imaginent donc les histoires supposément réelle qu’aurait vécu Wells, interprété par un Tom Ward efficace, autant en vieillard qu’en jeune premier flirtant avec sa future épouse. EN fait tous les acteurs sont excellents et manient bien l’humour et le drame, dans une reconstitution d’époque de belle facture. On aborde évidemment les grands thèmes de la science fiction tel le voyage dans le temps ou l’invasion extraterrestre, qu’une histoire plus fantastique ou il faut faire attention à ce que l’on souhaite ou la propagation d’un dangereux virus. Proposé en 6 épisodes de 43 minutes ou en trois compilations réunissant chacune deux histoire, tel que je l’ai vu. J’ai eu plaisir à retrouver Eve Best, entrevue dans la série Nurse Jackie et je suis tombé sous le charme de Katy Carmichael, resplendissante. Une belle réussite. Mario Giguère

IWOHGWells



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page