Évasion au menu

30
Avr
2014

Lorsque la grisaille n’en finit plus nous fait déprimer, quoi de mieux qu’une évasion en règle. Le roman de science-fiction est un excellent moyen de se changer les idées. Quoi de mieux qu’un voyage aux confins de l’univers? Pour être certain de vivre une expérience dépaysante, La Horde Geek a été déniché pour vous une saga qui a un potentiel pour vous déraciner du quotidien: La guilde de Sakomar.

patrick Loranger et Rock Demers lancement affaire DecalypseLes Éditions Joey Cornu, réputées pour leur soutien inconditionnel aux jeunes auteurs, ont publié l’an passé l’oeuvre de Patrick Loranger. Cet auteur passionné de science-fiction a travaillé fort pour faire sa place sur les tablettes des librairies. Bien que par un heureux concours de circonstances, il ait reçu l’appui du célèbre scénariste et producteur, Rock Demers, il a fallu l’oeil avisé de Claudie Bugnon, l’éditrice dynamique derrière Joey Cornu, pour mettre en lumière cet univers extraordinaire. Embarquons donc dans la navette de notre imaginaire pour découvrir de quoi il en retourne.

 

Narration :

Nul ne pourra nier le côté masculin dans l’écriture de Patrick Loranger. Très mécaniques, les phrases sont correctement découpées avec une syntaxe claire. Remarquons qu’avec un univers aussi étoffé à travers une multitude de planètes, c’est un véritable tour de force que de présenter aux lecteurs des points de repères assez efficaces. La précision de l’auteur va si loin que même les unités de mesure ne sont pas mises de côté.

«Par dizaines, des pirates de toutes races s’affairaient autour des vaisseaux. Les humains, principalement des Stonks et des Andromédiens, comptaient pour le tiers d’entre eux, les autres étant surtout des Corendrins – amphibiens humanoïdes à la peau beige et aux mains palmées -, et des Énolusiens-, humanoïdes à quatre bras musclés, à la peau laiteuse, au cou presque inexistant et à la longue crinière noire, épaisse et huileuse, qui descendait jusque dans le bas de leur dos. Ces derniers pouvaient résister aux froids les plus mordants.»

Une créativité débordante vous dites? Maître de jeux de rôle depuis des années, Patrick Loranger a même créé la plate-forme de jeu qui a inspiré cette saga: Technotron. Pas étonnant que le lectorat se retrouve immergé dans un monde aux langues diversifiées et empreint d’un savoureux réalisme. Même la monnaie y passe. Cette grande force prend appui aussi sur une base scientifique solide; aspect très apprécié lorsqu’on entreprend de lire de la science-fiction. Bref, un roman si empreint de réalisme qu’on est immergé dans cet univers; au risque d’être troublé lorsqu’on revient dans la réalité.

«Grâce aux télécommunications, les lettres rédigées sur ordinateur étaient encodées et transmises électroniquement à destination, où elles étaient téléchargées dans un support matériel qui pouvait être livré au destinataire. […] Il ouvrit le cachet de l’enveloppe et la déplia. Le papier techtronique décoda les empreintes digitales du destinataire et se mit à blanchir, révélant le texte qu’il contenait.»

 

 Mise en texte:

Le lecteur moins expérimenté appréciera le niveau de langage utilisé par l’auteur. Accessible à un large publique, on comprend pourquoi même les jeunes arrivent y prennent goût. Pour une fois que de la science-fiction de qualité se trouve à leur portée sans tomber dans les explications infantilisantes!

 

Description :

scouts-troupe 69 Harfang-St-Étienne-des-Grès- lancement-affaire-Decalypse-mars2014 SLTRQue ce soit par le biais de l’Astronomie ou la géographie, Patrick Loranger arrive à présenter son univers de façons particulièrement compréhensibles tout en insistant sur le réalisme. Ses années d’expérience auprès des scouts de tout âge lui ont assurément servi d’excellente base pour rendre La guilde de Sakomar didactique tout en restant une fiction. D’ailleurs, les personnes présentes lors du lancement ont toutes été touchées par la grande générosité des jeunes scouts qui s’étaient portés volontaires pour assister l’auteur lors de cet évènement exceptionnel. Que ce soit au bar, à servir des boissons non-alcoolisées aux couleurs et saveurs exotiquement spaciaux (à l’effigie des Stonks bien sûr!) ou à l’animation de la dynamique radio galactique, tous ont mis la main à la pâte pour créer un lancement hors de l’ordinaire.

«Tout autour, le paysage était dominé par le désert aride, mais l’aménagement de nombreuses oasis artificielles avait fini par le faire régresser loin des bâtisses. On y réussissait même une agriculture composée de plantes capables de supporter l’aridité et de se contenter de lumière stellaire filtrée. […] Morenis devait son climat chaud à l’effet de serre provoqué par les particules en suspension atmosphérique.»

Sensibles à l’environnement, il est clair que Patrick Loranger a effectué de nombreuses recherches pour arriver avec un texte aussi plausible et clair. Toutefois, cette rigueur peut-être vue comme de l’excès au départ pour les amateurs d’action. Si tel est votre cas, gardez courage, car ce n’est qu’une petite portion du récit. Il aurait été préférable que les descriptions soient entremêlées à l’action. Mais gardons confiance, car la saga est loin d’être terminée. Avec le deuxième tome, L’affaire Décalypse, on y trouvera sûrement une écriture mûrie et plus en confiance.

 

Personnage :

Du côté des personnages, vous serez charmé par l’humanité derrière leur personnalité. Par exemple, au lieu de poursuivre son chemin lorsqu’un massacre a eu lieu, Kisha (personnage principal) démontre une sensibilité peu commune aux pirates de l’espace. Sans se répandre en lamentations, il compatit pour ses victimes contrairement à d’autres corsaires spatiaux qui se seraient réjouis.

 

Intrigue :

C’est au troisième chapitre que le récit prend son rythme avec un combat malheureusement un peu prévisible. Néanmoins, les courtes phrases décrites avec précisions nous entraînent dans l’action. Certains lecteurs expérimentés trouveront sans doute les chapitres morcelés à travers le fil conducteur. L’auteur semble avoir prévu son récit comme des sous-quêtes englobées dans une mission plus large. Pas surprenant lorsqu’on sait que Patrick Loranger baigne dans les jeux de rôles depuis de l’enfance. Surveillez bien l’évolution de cet auteur, car La Horde Geek lui prédit un bel avenir dans le monde de l’imaginaire.

Titre :   La guilde de Sakomar
Auteur : Patrick Loranger
Genre : science-fiction – 12 ans et plus
Éditeur : Les Éditions Joey Cornu
Date de parution : Avril 2013

 

Note : 

3-et-demie-etoile-de-la-mortétoiles de la mort!

 

 

NB. Un merci tout spécial à Sylvain Cloutier pour les photos du lancement de L’Affaire Décalypse.



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page