UN TRIO D’AILERONS AVEC ÇA…

28
Août
2015

DINOSHARK – Kevin O’Neill avec Eric Balfour, Iva Hasperger, Aarón Díaz, Roger Corman, 2010, États Unis, 92m, TV

Il y a un air de déjà vu quand on voit les glaces au large de l’Alaska fondre et que quelque chose s’en échappe. Après avoir bouffé un homme, notre requin préhistorique descend direction Mexique, il rechercherait la chaleur, au large de Puerto Vallarta. Trace McGraw (Eric Balfour) est de retour dans le patelin de sa jeunesse, en charge d’un bateau de plaisance. Lorsqu’une de ses amies se fait dévorer par la bête, il est d’abord le seul à la voir et les autorités lui collent sur le dos quartes victimes. Pas pour longtemps car l’immense requin attaque tout ce qui bouge, y compris bateau et hélicoptère et le Dr. Frank Reeves (Roger Corman) confirme son identité et son seul point faible.

Réutilisant la mâchoire mécanique de Dinocroc et filmant sur le club de vacances d’un de ses amis, jouant également le rôle du spécialiste en monstre marins préhistoriques, on reconnait bien là la touche de Roger Corman, producteur. Kevin O’Neill, deuxième film à la réalisation, est un spécialiste des effets spéciaux ayant fait ses armes sur les productions télévisées de Sam Raimi, les Hercule et Xena. C’est dire que les effets spéciaux sont efficaces, mais la réalisation ne l’est pas toujours, pas plus que le casting ne semble inspiré. La collection de clichés en procession n’aide pas un scénario qui s’avère sans surprises, empruntant sa trame à Jaws, lui volant presque son thème musical. Comme du McDo sur pellicule. Le film plaira surtout à ceux qui n’ont jamais vu de films de requins. On s’ennuie de l’époque ou Corman répondait à Jaws avec Piranha, sur scénario de John Sayles et réalisation de Joe Dante, une équipe pas mal plus intéressante.

dinoshark

GHOST SHARK – Griff Furst avec Mackenzie Rosman, Dave Randolph-Mayhem Davis, Sloane Coe, Lucky Johnson, Jaren Mitchell, Richard Moll, 2013, États Unis, 84m

Des rednecks, excités par une chasse au requin dont le grand prix est de $30,000, parviennent à blesser mortellement un grand requin blanc, qui ne mourra pas avant qu’il ne se soit rendu dans un endroit peu connu, d’ou il pourra revenir hanter les habitant de Smallport en tant que fantôme. Étant persuadé que le requin fantôme a tué leur père, Ava et Cicely aidées d’un ami et du fils du maire, vont faire leur enquête qui les amènent chez le vieux gardien du phare, pendant que le sheriff suit les ordres du maire qui veut taire l’affaire.

Griff Furst avait réalisé les sympathiques Arachnoquake et Swamp Shark et tourne aussi en 2013 Ragin Cajun Redneck Gators. Ce film réalisé pour la chaîne Syfy est tourné en mode assez sérieux la plupart du temps, quelques morts spectaculaires déclencheront des rires ou un sourire certainement. Il fait plaisir de revoir Richard Moll, qui doit bien être deux pieds plus grand que l’actrice qui joue Ava, avec laquelle il s’engueule souvent. Le scénario multiplie les scènes inédites parce que le requin peut apparaître partout ou il y a de l’eau, partout. De la piscine, à la cuvette de toilette, de la pluie au verre d’eau, le grand blanc apparaît dans son halo bleuté. Alors bon, ce n’est pas du Shakespeare, mais c’est bien emballé, souvent surprenant et ma foi, bien plus intéressant que son titre qui annonçait une époustouflante connerie.

ghostshark

SAND SHARKS – Mark Atkins avec Corin Nemec, Brooke Hogan, Gina Holden, 2011, États Unis, 86m

Parodie de Jaws et d’un récent Piranha 3D avec moult clins d’oeil aux séries B, référence directe à Roger Corman.

La bande annonce était intéressante. La fille de Hulk Hogan, la pétillante Gina Holden, des requins qui nagent dans le sable, Corin Nemec, vu dans Stargate SG1, la plage, les bikinis et ca ne semblait pas se prendre au sérieux. En fait, c’est carrément une parodie comme il en pleut depuis des années et pas très réussie, malheureusement.

SI Brooke Hogan est présentée à son meilleur dans ses premières scènes, on ne la met pas en avant et on ne s’occupe pas trop d’elle par la suite, d’autant plus qu’elle n’est évidemment pas crédible en spécialiste de l’océan. Gina Holden a un rôle encore plus petit et elle cabotine à souhait, ce qui ne lui va pas comme un gant, au contraire de sa garde-robe. Corin Nemec en promoteur de party sur la plage, qui ne semble pas attirer plus de cinquante personnes au mieux, en rajoute des tonnes, mais là aussi, ses dialogues forcent à peine quelques sourires et les référence à Apocalypse Now arrivent de nulle part. Évidemment que l’idée de base, des requins qui nagent dans le sable, est d’une absurdité totale, mais on en fait pas grand chose. Les créatures sont d’un digital des plus sommaires et on a évité de les utiliser sur les affiches qui privilégient des requins plus normaux, malgré leur taille. Bref, regardez la bande annonce, vous aurez tout vu ce qu’il y a d’intéressant, à moins que vous désiriez vous marrer devant un nanar de premier plan. Le réalisateur et scénariste Mark Atkins occupe plusieurs postes depuis des années, particulièrement photographe. On lui doit un Princess of Mars qui adapte maladroitement le roman d’Edgar Rice Burroughs bien avant le John Carte de Disney, ou un ersatz de Battle Los Angeles. C’est un habitué de la firme Asylum, ce qui n’est pas, au départ, un gage de réussite, je l’avoue. Aussi bien regarder une vraie production Roger Corman. Mario Giguère

sandsharksdvd2



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page