STARWOIDS

31
Déc
2015

STARWOIDS – Dennis Przywara avec Daniel Alter, Phil Brown, Cecil Castellucci, 2001, États Unis, 80m

J’écris ces lignes pendant la folie suite à la sortie du septième épisode de la saga Star Wars. Une époque ou on peut réserver son siège à l’avance sur internet, ce qui a profité énormément à Walt Disney, nouveau propriétaire de la franchise. C’est donc très curieux de regarder ce documentaire sur des fans qui ont fait la ligne durant 42 jours et nuits pour pouvoir être les premiers à voir l’épisode 1 en 1999. En vedette, le premier de cette ligne imaginaire, tout de même relayé les soirs et nuits grâce à tout un système complexe de points à obtenir pour conserver sa place. Sans surprise, ils seront plusieurs à devoir trouver un remplaçant lorsqu’ils seront inévitablement malades, étant régulièrement sous la pluie. On suit deux files d’attente devant deux cinémas prestigieux, observés de plus en plus par les médias, particulièrement par la télévision. Au travers, des extraits d’une comédie musicale qui recrée l’épisode 4, avec les moyens du bord, l’incroyable installation qui a permis à tout un chacun de suivre l’aventure en direct sur internet. les inévitables conflits entre fans, les frictions avec la police et une fan qui a maquillée sa voiture en TIE fighter. On rencontre aussi le projectionniste et le gérant du Chinese Theatre. On assiste à l’arrivée triomphale des bobines, la sortie après la première et on revoit une partie de ces personnes un an plus tard. Un entretien avec Kevin Smith, le réalisateur, confirme que mes impressions de fanatisme débridé sont partagées. Vingt minutes d’extras un peu futiles complètent l’offre du dvd de Film Threat.

Ça laisse perplexe, mais tout ce monde semblait bien heureux de l’aventure, y comprit un clochard qui a eu droit à plus d’attention que d’habitude. Mario Giguère

starwoids

 



There are no comments yet, add one below.

Leave a Comment


You must be logged in to post a comment.



Go to the top of the page